02.31.36.22.29
Impact et résilience de l’espèce envahissante SARgassum muticum sur la préservation de l’habitat endémique ZOstera marina de la côte ouest du Cotentin

   2022-2024

Le projet SARZO vise à caractériser l’impact des proliférations de Sargassum muticum sur la préservation de l’habitat endémique Zostera marina, et la biodiversité qu’elle favorise, en intégrant également les capacités de résilience des deux espèces face à l’évolution des conditions environnementales imposées par le changement climatique.

Cette étude cible la zone du Ouest Cotentin, où S. muticum et Z. marina sont connues pour coexister, et plus particulièrement la zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de la Pointe de Bréhal.

Les actions du projet SARZO s’articuleront autour de quatre volets principaux, et seront menées sur une période d’étude de deux ans (2023-2024).

1. La première action, portée par le CEVA, vise à caractériser l’évolution saisonnière des habitats de S. muticum et Z. marina sur le site d’étude situé à la Pointe de Bréhal, par la combinaison de l’imagerie drone et d’un suivi in situ des paramètres physico-chimiques de la zone (i.e. température, pH, turbidité), de l’état physiologique de chaque espèce (i.e. capacité photosynthétique, maladie, dégradation) et des potentiels impacts liés aux activités humaines.

2. La deuxième action a pour but d’évaluer l’impact des proliférations de S. muticum sur la biodiversité de la faune benthique de l’habitat Z. marina. Le SMEL, avec le support du GEMEL, réalisera plus précisément le suivi de la faune vagile associée aux deux espèces sur trois sites d’études différents (deux sites occupés exclusivement par chacune des deux espèces, et un site où elles coexistent) pour permettre une comparaison avec des zones de référence. Ces deux premières actions permettront de fournir une cartographie inédite des habitats de S. muticum et Z. marina de la zone pilote d’étude, et une caractérisation de la faune benthique associée, sur trois périodes de l’année, de manière à intégrer les différentes dynamiques de développement des deux espèces, et d’établir un lien avec les conditions biotiques et abiotiques saisonnières du milieu. La réalisation du suivi sur deux années consécutives permettra par ailleurs d’intégrer la variabilité interannuelle des conditions climatiques.

3. La troisième action vise à évaluer la résilience de l’espèce invasive, S. muticum, et de l’espèce indigène protégée, Z. marina, aux futures conditions environnementales (scénarios) imposées par le changement climatique. Cette action sera menée au moyen d’expérimentations écophysiologiques en conditions contrôlées de laboratoire par le CEVA. Les scénarios seront définis en combinant les tendances à l’échelle globale (e.g. GIEC) et locales issues des réseaux d’observation.

4. Enfin, la quatrième action consiste à mettre en place un programme de sciences participatives, qui permettra de collecter à plus large échelle des données d’observation des zones de coexistence des deux espèces sur le littoral de l’Ouest Cotentin, et d’enrichir significativement les cartographies existantes.

Le projet SARZO a pour finalité d’apporter des connaissances naturalistes essentielles à la gestion et la préservation d’un habitat remarquable, tant sur le plan faunistique que floristique, du littoral de Basse-Normandie, en alignement avec la démarche stratégique du SDAGE 2022-2027 (Disposition 5.4.1), et nationale relative aux espèces exotiques envahissantes (Stratégie nationale biodiversité 2030). En ciblant l’espèce protégée Z. marina, bio-indicatrice de la qualité du milieu, ce projet s’intègre dans les objectifs communautaires de reconquête de la qualité de l’eau (Directive Cadre sur l’eau, DCE ; Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin).

 

Mots clés : Sargasse, zostère marine, espèce invasive, Cotentin

Avec le soutien financier de
Avec la collaboration de